Le cimetière de Wagnée

L’inhumation des soldats :

Sur Biesme et son hameau de Wagnée :

En août 1914, les soldats furent enterrés à la hâte, là où la mort les avait fauchés. Sur le territoire de la commune de Biesme, on inhuma les corps des soldats dans une cinquantaine de fosses (59 tombes), dont la plus importante à l’ouest de Wagnée au lieu-dit « Campagne du Bouge » contiendra 48 Allemands. Pour Biesme, un plan avec l’identification des fosses fut dressé et un relevé fut réalisé par Mr Berlier de Biesme recensant les victimes de l’ensemble de ces fosses : 285 Allemands et 170 Français. 

La plupart des soldats sont des anonymes, seuls 19 soldats allemands sont identifiés nominativement. Le 16/12/1915, la liste dressée des tombes porte en note : « l’on ne possède aucun nom de soldat ». 

C'est ainsi qu'aux endroits où se déroulèrent les furieux combats, il se trouvait des tombes individuelles ou des fosses communes en plein milieu de prairies ou de champs. Ces tombes étaient identifiées simplement par la pose d'une croix. Le recensement et le respect de ces sépultures incombaient à l'administration communale qui devait veiller à ce que les agriculteurs ne les fassent disparaître sous le soc de la charrue, ou sous les pieds du bétail.

Une note du commandant militaire de Mettet, datée du 08 octobre 1914 signale :

Je constate que les tombeau ne sont pas respectés partout... en conséquence, j'ordonne que ces tombeaux doivent rester intacts et qu'ils ne peuvent être touchés en labourant la terre.

Une première mesure imposée par la commune fut de faire clôturer ces tombes par quelques piquets et du fil de fer.

Néanmoins, l’administration allemande envisagea assez rapidement de rassembler dans des cimetières militaires les corps de tous ces soldats qui étaient enterrés çà et là

Scène d'exhumation à Aiseau. Remarquez la petite taille des cercueils destinés à recevoir les ossements.

Cimetière de Wagnée


Ce cimetière fut érigé en 1918 à Wagnée, territoire de Biesme, à l’est de la route, à la lisière d’un bois au lieu-dit « Moria », à quelques mètres de la fosse commune « fonds des chaussages » n°13 contenant 48 cadavres. A l’endroit même où les français quelques  années plus tôt défiaient la déferlante allemande.

Voir aussi : http://www.mettet14-18.be/recits/page-5-les-morts
 

Pour ériger le cimetière militaire, les Allemands réquisitionnèrent le terrain situé sur cette proéminence au sommet des campagnes à Wagnée
Le cimetière mesurait 46m X 39m (voir plan) au nord un dôme demi circulaire accueillait une énorme croix visible de très loin. Cette croix était un symbole commun des allemands protestants et des francophones catholiques. 
Le cimetière était étalé sur 2 terrasses. Les pierres pour réaliser les ornementations, les murs et les pierres tombales furent extraites de la carrière de Wagnée et taillée sur place. 

Selon l'historien Pol Gérard, Les premières transferts on eu lieu à partir d'août 1917 jusqu'en février 1918. La plupart des cercueils furent fabriqués par Carly de Biesme. Des habitants "sans emploi" de la localité sont embauchés à raison de 30 centimes de l'heure pour réaliser les travaux.   

Plan cadastral. A gauche, la route Oret / Biesme Plan du cimetière militaire de Wagnée

 

Cliquez pour découvrir l'album de photos Cliquez pour découvrir l'album de photos

 

Endroit où se trouvait le cimetière militaire de Wagnée. Vue en venant de Biesme vers Oret

Pierre gravée où se trouvait une fosse commune 

Celle-ci contenait les restes de 26 soldats allemands et français 

Hier Ruhen im tode verein 26 tapfere deutsche und franzosiche soldaten Gef. August. 1914

Ici reposent, unis dans la mort, 26 valeureux soldats allemands et français tombés en août 1914

Pierre allemande provenant du cimetière militaire de Wagnée. 

Reservist Ignatz EGBERS, 10.komp. Inf. reg.164 né à Brögbern, Basse-Saxe.

Plaque en aluminium clouée au cerceuil retrouvé dans le cimetière de Wagnée.

Il s'agit du  brigadier (gefreiterBODE Willy, du 1e escadron du 17e hussard de Bruswick

​Né le 19-11-1893 et décédé à 20 ans le 24 août 1914. (détachement de cavalerie divisionnaire des 19e et 20e division Allemande)

Monument du 17e hussard au cimetière de Brunswick le brigadier Willy Bode y est inscrit

Les pierres nécessaires à la réalisation de l’enceinte et des pierres tombales furent extraites de la carrière de pierres bleues qui se trouvait dans le hameau et exploitée par Octave Spineux. Les premières exhumations des fosses et transferts des corps vers le nouveau cimetière eurent lieu en 1917. Le 9 février 1918, toutes les inhumations dans le cimetière sont terminées. 

L’inauguration solennelle du cimetière eu lieu le 2 septembre 1918 en présence des autorités militaires allemandes  et des autorités civiles de la commune. 
Le programme est le suivant : 
1.    Harmonie militaire
2.    Harangue et bénédiction par les prêtres protestants et catholiques
3.    Allocution de Mr le Kaiserchef
4.    Allocution de Mr le commissaire civil
5.    Réponse brève de Mr le Bourgmestre
6.    Harmonie

 

Combien de soldats allemands et français reposaient à Wagnée?


Selon le courrier de l’autorité allemande annonçant l’inauguration du cimetière : « Sont inhumés dans le cimetière de votre localité : 170 soldats allemands, 285 soldats belges et français.

Lettre de l'autorité allemande concernant l'inauguration du cimetière Selon ce document sont inhumés 170 Allemands,  285 Français et Belges 

Remarquons qu’aucun soldat belge ne fut tué ni inhumé lors de ces combats sur le sol de Biesme. Autre remarque: dans cette lettre, l’autorité allemande a grossièrement inversé le nombre de victime allemande et française afin  le cimetière puise donner l'image qu'il devait représenter : Une victoire allemande incontestabe! 

Que  que des soldats allemands reposent sous une pierre « français inconnu » peu lui importait. C'est l'époque des remises en question sur la victoire, sur les capacités du commandement: les troupes accusent ce dernier de les considérer comme de la chair à canon. Il faut redonner confiance aux combattants et mettre en valeur les victoires d'hier.

 

Les preuves du subterfuge sont irréfutables, ne fusse que le courrier envoyé le 08 novembre 1915 par l’administration militaire allemande établie à Fosses qui confirme que le relevé des fosses communes établi par l’administration communale de Biesme à cette date est correct : 285 allemands et 170 français.

 

Lettre de 1915 indiquant que l'autorité allemande valide pour "presque" dans son ensemble la liste établie par l'administration communale de Biesme puisqu'elle apporte une correction au nombre de soldats dans certaines tombes  1ere page du relevé des tombes réalisé par le secrétaire communal Udor Berlier le 16/12/1915 (archive communale)  

 

Tableau récapitulatif des fosses communes suivant le relevé de Berlier: total 285 allemands et 170 français!

 

Source: P Gérard

L'histoire retiendra les chiffres modifiés par les Allemands:

Photo de la page 196 du tome 3 "l'invasion allemande dans les provinces de Namur et du Luxembourg" par Schmitz et Nieuwland. 

170 Allemands et 285 Français: c'est le chiffre trafiqué par les Allemands que l’histoire retiendra. Le subterfuge a donc fonctionné. 

 

Relevé des régiments allemands par le curé Baisir On y retrouve les régiments n° 74, 77, 79, 92, 164, régiment d'artillerie n° 46   (A.Ev.N)

Musketier Ludwing Guldner 7e comp. du 74e régiment d'infanterie, enterré au cimetière de Wagnée.

Il est identifié dans le document ci-dessus

Ce jeune homme lorrain avait été incorporé dans l'armée allemande dans un régiment hanovrien. N'oublions pas qu'à l'époque les territoires de l'Alsace et la Lorraine étaient allemands 

Connaissant les sentiments pro-français dans ces provinces et contrairement aux autres soldats, les Alsaciens et les Lorrains étaient diséminés dans différents régiments allemands. A juste titre car nombreux de ces hommes envisageaient de déserter à la première occasion pour rejoindre les troupes françaises. 

La France reconnaît aujourd'hui ces soldats alsaciens et lorrains morts sous l'uniforme allemand comme 

"Morts au champ d'honneur" contrairement  aux soldats "Morts pour la France". 

Lettre adressée à l'administration communale de Biesme le 17-9-1922 concernant l'identification d'un capitaine :

« Je voudrais assister à l’exhumation du capitaine inconnu du 136e (tombe C-37). Chaque année, je reçois la dame du capitaine Peslin du 136e  ainsi que ses enfants. D’après les relevés, il tomba grièvement blessé dans les combats entre Biesme et Oret. Il s’est dépouillé lui-même de tous ses effets personnels pour être remis à sa femme. Voilà pourquoi il fut relevé comme capitaine inconnu. Son frère  capitaine au 41e assistera à l’exhumation. Nous avons du reste toute la conviction que c’est le capitaine Peslin qui repose dans cette tombe. »

Formellement identifié par la famille, le capitaine Peslin qui fut tué aux Bruyères près la maison Defresne, repose aujourd’hui à la Belle-Motte dans la tombe 1267. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre concernant la recherche du soldat Jules Herbert du 25e RI (agrandir l'image de l'écran pour lire le document) :

Mr Berlier, le secrétaire communal put confirmer à cette maman l'existence de cette tombe renfermant effectivement les restes de son fils qui aujourd'hui repose au cimetière de la Belle-Motte dans la tombe 503.

Cette lettre nous apprend aussi que les exhumations des corps reposants dans les fosses communes vers le cimetière de Wagnée eurent lieu vers avril 1917.

 

Désaffection du cimetière :


 Quelques années après la guerre, les autorités françaises décidèrent de transférer les corps de leurs soldats tués dans la région, dans un unique cimetière, celui de la Belle-Motte. C'est ainsi qu'en 1922, les corps des soldats français enterrés dans l'entité furent transférés au cimetière de la « Belle Motte » à Le Roux. 

Cimetière de la Belle-Motte dans l'entre-deux guerre Cimetière de la Belle-Motte (photo site le la commune d'Aiseau-Presles)
 

De nombreuses plaques en aluminium fixées sur les cercueils et portant chacune le nom d'un soldat allemand tué en octobre 1918 furent découvertes au cimetière de Wagnée et au cimetière de Libenne/Maison St-Gérard. Cela nous laisse à penser que ces 2 cimetières militaires de notre entité accueilleront après la guerre des soldats tués sur la ligne de front.

Plaques retrouvées au cimetière de Wagnée Elles concerne des soldats allemands tués en 1918

 

plaque du sous-officier Buttner Friedrich découverte au cimetière de Maison/Libenne. Cimetière de Vladslo en Flandre occidentale: tombe actuelle du sous-officier Buttner.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, des soldats français tués chez nous seront enterrés dans le cimetière de Wagnée. 

En Belgique, les soldats allemands étaient inhumés dans quelques 200 cimetières militaires. Il était impossible de veiller à l'entretien de ceux-ci, certaines photos du cimetière de Wagnée démontre en effet un aspect délabré, les tombes cachées sous les mauvaises herbes et les orties. 

En 1956, le gouvernement  allemand décida de regrouper dans quelques cimetières, les corps de tous leurs compatriotes.

Cest ainsi que les trois cimetières militaires de l'entités où reposaient des soldats allemands tués lors des combats d'août 1914, furent totalement désaffectés.

Des fossoyeurs flamands sous les ordres de fonctionnaires allemands exhumèrent le reste des soldats. Les ossements furent placés dans des sacs de jute doublé d'un sac plastique (source Pol Gérard).

Les restes des corps furent transférés à Vladslo pour ceux dont l’identité était connue tandis que les morts anonymes furent inhumés dans la fosse commune à Landemark.

Aujourd’hui, il ne reste rien du cimetière de Wagnée que le mur d’enceinte partiellement démoli. les dernières dalles funéraires allemandes furent enlevées et les pierres furent réemployées comme dalles le pavage.

Cliquez pour découvrir l'article concernant le monument du Tirailleur Algérien. Des pierres provenant du cimetière militaire de Wagnée y sont exposées.

 

Lien vers l'article:

Cimetière de Wagnée

​Cliquez

Lien vers l'article:

Cimetière de Maison/Libenne

​Cliquez

Lien vers l'article:

Cimetière de Oret/Corroy

​Cliquez

Lien vers l'article:

Cimetière de Devant-les-Bois

​Cliquez

Lien vers l'article:

Cimetière de Vladslo

​Cliquez

Lien vers l'article:

Cimetière de Langemark

​Cliquez

Lien vers l'article:

Cimetière de la Belle-Motte 

​Cliquez

Lien vers l'article:

Cimetière de Marchovelette 

​Cliquez